Accueil Amérique du Sud Acclimatation dans la Cordillère des Andes : Huaraz et la Laguna Wilcacocha
Huaraz

Acclimatation dans la Cordillère des Andes : Huaraz et la Laguna Wilcacocha

4 juillet 2017

Après quelques jours à Lima, nous avons choisis d’aller en direction du Nord du Pérou et de rejoindre l’emblématique Cordillère des Andes. Nous sommes donc parti tard le soir pour prendre un bus de nuit pendant 8 heures et nous arrêter dans la ville de Huaraz. Il y a pas mal de tours opérateurs dans la ville de Huaraz, mais les randonnées que nous allons vous présenter sont des randonnées à la journée, facilement réalisable en autonome.

HuarazLa ville n’a pas trop d’intérêts si ce n’est qu’elle est un bon camp de base pour faire de nombreux treks dans la Cordillère. En effet, la ville n’a pas vraiment de charme mais cela est dû à son rude passé : elle fût au cœur d’un tremblement de terre dans les années 70 et fût reconstruite rapidement par la suite. Ce qui est le plus impressionnant, c’est l’environnement autour de Huaraz. La ville est située dans une vallée creusée par le Rio Santa entre la Cordillera Negra et la Cordillera Blanca. Leur nom résulte de la présence/absence de neige sur leurs sommets : la première protège la seconde des vents marins, ce qui lui permet d’arborer une belle robe blanche ! Le point culmunant du Pérou se situe dans la Cordillère Blanche, il s’agit du Huascaran (environ 6770 m d’altitude).

Mais alors pourquoi on vous parle d’acclimatation ? Il faut savoir que Huaraz est situé à environ 3000 m d’altitude, et par conséquent l’oxygène est moins important qu’au niveau de la mer. Vous aurez donc plus de mal à respirer et le moindre effort vous essoufflera plus rapidement ! Le corps a besoin de temps pour s’adapter à ce manque.

Mais quels sont les risques ? Le risque principal dû à une mauvaise acclimatation, c’est le mal des montagnes ou MAM. En gros, une montée trop rapide en altitude peut entraîner un grand nombre de symptômes pouvant être assez graves ! On ne va pas trop rentrer dans les détails ici, d’autres sites en parle très bien !

Bon à savoir : le mal aigu des montagnes ne dépend pas de l’activité sportive du sujet… Même si vous êtes un grand sportif hyper entraîné faisant plein de cardio, vous pouvez avoir le MAM si vous faites une mauvaise acclimatation !  

Qu’est-ce qu’il faut faire pour lutter contre le MAM ? On vous propose des randonnées que nous avons faites pour nous acclimater et on vous conseille également de prendre du maté de coca en infusion (vous en trouverez facilement au marché de Huaraz). Tout cela à bien fonctionné pour nous, mais avant de partir, renseignez vous sur le mal des montagnes et au moindre signal de votre corps, ne forcez pas, descendez !

– Rataquenua –

Rata… Quoi ?! En gros, ce n’est pas le nom qui compte mais juste le lieu. On vous conseille de faire cette petite escapade en arrivant ou si vous voulez faire une pause tout en continuant de vous acclimater. Ce n’est pas LA randonnée du siècle, mais elle permet d’avoir une bonne vue panoramique sur Huaraz et les deux Cordillères ; et en plus vous n’aurez pas de transport en commun à prendre ! Le lieu est situé au Sud-Est de la ville sur les hauteurs. A partir du centre, comptez environ 10 km A/R avec un dénivelé positif de 300 m. Arrivé au point culminant, vous découvrirez une immense croix bleue et la belle vue.

HuarazRataquenua huaraz

Huaraz

– Laguna Wilcacocha –

Cette petite lagune est nichée dans la Cordillère Noire. La randonnée est beaucoup plus importante que la précédente, mais vous pouvez commencer par celle-ci (sans avoir fait d’autre randonnée d’acclimatation). Le départ du chemin est à 10 km au Sud de Huaraz, vous devrez donc le rejoindre en colectivo ou en taxi. Nous avons choisi la première solution et ça n’a pas était simple : pour la même destination, on nous a indiqué pas moins de 3 arrêts différents.

Comment aller à la Laguna Wilcacocha ? Alors, rejoignez le marché central, postez vous à l’angle Hualcan et Raymondi, attendez le minivan 10 et demandez à être déposé au chemin pour la Laguna Wilcacocha. Les prix sont un peu aléatoires selon les colectivos… Nous avons payé 1,5 PEN pour le trajet alors que d’autre donnaient 2 PEN dans le même transport… De façon générale, nous avons essayé de donner ce qui est indiqué sur les affichages dans les petits bus. Lorsque vous arriverez à destination, vous devrez traverser un petit pont puis suivre les robinets bleus (ne suivez pas la route, sinon le chemin risque d’être un peu plus long !).

Mais alors cette randonnée qu’est-ce que ça donne ? Le départ est à 3000 m d’altitude, alors que la Laguna Wilcacocha est situé à environ 3700 m. Vous marcherez donc pendant environ 5 km avec un dénivelé positif de 700 m… En moyenne, il faut compter 3 heures d’ascension. La première montée est assez rude, elle se déroule sans ombre au milieu des graviers. Puis, le sol s’aplanie légèrement, mais pas de quoi reposer nos petites jambes pas très entraînées. Vous traverserez des petits villages, croiserez des locaux avec qui vous pourrez échanger quelques mots – petite pensée à Hector le fan du tour de France – et passerez à l’ombre des rares arbres qui bordent le chemin. Mais après ces efforts, vous finirez par quelques marches et apercevrez la petite lagune. Pensez à célébrer votre premier sommet ! De notre côté, nous avons profité de l’instant et de la vue sur la Cordillère Blanche en déjeunant entourés d’une dizaine de chiens sauvages n’ayant d’yeux que pour nos sandwichs… Après ces quelques instants de plénitude, entamez la descente, qui sera beaucoup plus facile et se fera en moyenne en 2h30. Attention, les colectivos en direction de Huaraz passent en bas du chemin seulement jusqu’à 16h !

Huaraz

FacebookTwitterGoogle+PinterestPartager

Laisser un commentaire