Accueil Amérique du Sud La route de la mort en VTT
descente vélo route de la mort

La route de la mort en VTT

10 septembre 2017

Un jour en lisant notre guide sur la Bolivie, je dis à Vincent : « Eh, si on descendait la route la plus dangereuse du monde, aka la Death Road ou Route de la Mort, en vélo ?! » et c’est sans hésité qu’il me répondit : « Mais oui, carrément !« . Je savais qu’il voulait essayer le VTT de descente en montagne depuis pas mal de temps, mais je ne savais pas trop dans quoi je m’embarquais…

Je me suis donc pas mal renseignée sur cette route et les divers événements qui ont fait sa renommée… J’ai eu parfois quelques moments de doute en lisant certaines expériences : « Euh… T’es vraiment sûr de vouloir le faire… ? » « Ouais carrément c’est un truc de ouf ! » Bon, c’était bien essayé mais l’idée était actée et je ne pouvais pas faire marche arrière ! Mon but était donc de trouver LA meilleure agence pour réaliser cette fameuse descente dans les meilleures conditions possibles !

Après de rapides recherches sur les différents articles de blogs et sites d’avis ; on s’est arrêtés sur 3 agences de La Paz, se disant que le feeling, le prix et la réponse à la question : « Quel est le maximum de personne par groupe ? », nous aideraient à faire notre choix final : Barracuda Biking, X’Trem Down Hill et Madness Adventure. Nous sommes donc partis à la rencontre de ces agences…

Après de bonnes discussions sur les détails de l’expédition, notre ressenti se dirigeait vers Madness Adventure, mais le prix était légèrement plus élevé que celui de X’Trem Down Hill (Barracuda Biking était complètement dans les choux avec leur offre promo plus cher que les autres). L’heure des négociations avait donc sonné et c’est Vincent, plus à l’aise en Espagnol, qui s’en est chargé ! Au final, nous en aurons pour 500 bolivianos par personne soit environ 62€.

Vendredi 21 juillet 2017, il est 6h40, il fait encore nuit, nous sortons sur le parvis de notre hôtel, quelqu’un doit venir nous chercher mais il n’y a personne… Soudain, un 4*4 rouge s’avance doucement : « Vous êtes Lorie et Vincent ?« , nous demande le chauffeur, « Oui, oui, c’est bien nous !« , « Aller, vite, montez !« . Nous voilà donc partis pour rejoindre l’agence avec notre chauffeur qui parle très bien français et nous expliquera que les boliviens sont des conducteurs hors pairs malgré ce qu’on pourrait penser ! Après un court trajet, nous arrivons à notre destination. Ici, nous rencontrons les autres membres du groupe : un couple d’australiens et un couple d’allemands, ainsi que notre guide qui nous fournira tout notre équipement.

Aller, c’est parti pour quelques heures de routes afin de rejoindre le haut de la montagne. Eh oui ! Pour cette activité, nous avons fait exclusivement de la descente ! Pourtant le parcours comprend bien un passage de dénivelé positif, mais nous seront de retour dans le mini van pour le passer.

Nous faisons donc un petit stop, afin de prendre quelques forces, vous allez voir la journée sera riche en petites pauses bouffe… Puis, nous continuons notre route. Et là, nous ralentissons… notre guide nous dit « Bienvenue sur la route de la mort ! » et nous apercevons un bus couché sur le flanc, les vitres explosés et les passagers au bord de la route. On ne s’arrête pas, on espère que tout le monde va bien et que ce n’est pas un mauvais présage ! #lorielasupersticieuse

Nous arrivons ensuite à notre point de départ : La Cumbre. Nous faisons une rapide prise en main de nos vélos, quelques photos et en avant pour une trentaine de kilomètre de descente sur la route asphaltée et encore utilisée actuellement ; mais heureusement le mini van ferme la marche et prévient les automobilistes ! Cette descente sera ponctuée de petits stops photos et explications des difficultés à suivre. Nous commencerons la descente timidement, je serais donc la dernière du groupe… Puis, je prendrais de l’assurance et pas mal de plaisir à doubler mes camarades en mode aérodynamique. Vincent, quant à lui, gêné par un problème de frein, nous verra nous éloigner de lui sans réussir à nous rattraper… #mercilevelopourri

death road

death road

Comme je vous le disais plus haut, nous reprenons ensuite le van pour une courte partie ascendante et pour rejoindre le début de la VRAIE route de la mort ! Je m’explique, il s’agit de la partie non asphalté de la route, à peine assez large pour une voiture et à flanc de falaise… Il parait que lorsque le croisement de deux véhicules était impossible, la priorité se réglait à coup de poings… Mais ça c’était avant que des règles ne soient établies !

Nous commençons par une petite pause sandwich à l’œuf, banane et barre chocolatée. Puis, on entame la descente de 37 km, nous avons de la chance les paysages sont magnifiques et le ciel est découvert ! Nous ferons des arrêts histoire : « Le point de la Démocratie, où les riches jetaient les paysans de le vide pour être réélus… » ; des arrêts commémoratifs : « Ici, si vous regardez on voit la carcasse d’un mini van qui est tombé il y a 3 semaine… » ; le tout ponctué de petites histoires pas moins morbides : « Une fois une personne était tellement fatiguée qu’elle sentait plus ses jambes et elle est tombée dans le vide… » ! Bref, nous écoutons mais nous préférons admirer la montagne et les différentes petites cascades au bord de la route.

Dans l’ensemble la descente est faisable pour une personne à l’aise sur un VTT, il y a beaucoup de passages dans des rochers et quelques sots à passer mais c’est jouable, il faut juste éviter de penser que vous faites ça au bord d’une falaise de 600 mètres… Les arrêts sont assez fréquents, ce qui permet d’enlever des couches de vêtements au fur et à mesure de la descente. Le plus compliqué est peut-être l’endurance bien que cela ne nous a pas trop posée de soucis, on imagine que pour certaines personnes descendre 37km de piste entre cascades, rochers et graviers peut être épuisant. La descente dure environ 2h30 à 3h selon la vitesse du groupe, mais n’hésitez pas à en profiter à fond, rouler dans l’eau, tenter des sauts sur des bosses ou des rochers, les sensations sont vraiment bonnes du début à la fin !

death road

Arrivés vers la fin, notre guide nous demande si nous voulons essayer un autre type de parcours pour 5 bolivianos par personnes (soit 60 cts d’euros), intrigués nous acceptons le marché… PAUVRES FOUS ! Il s’agissait en fait d’un parcours de descente et notre guide nous a avoué que c’était équivalent au niveau le plus élevé en compétition… Nous n’avions jamais fait ce type de descente et ça a été plutôt compliqué : passages des virages à pieds, chutes du vélo, serrage des freins à fond… Bref, nous l’avons fait mais nous avons choisi de continuer ensuite sur la route et de ne pas continuer sur un deuxième chemin de ce type qui, apparemment, était encore plus compliqué…

L’excursion se termine ensuite dans un hôtel en bas de la route avec piscine, douche et buffet à volonté. Aller, pour plus de sensations, on vous laisse découvrir cette route mythique en vidéo.

P.S. : Je m’excuse pour la qualité des photos qui sont issues de nos téléphones et de la caméra sportive de notre guide…

Conseils pratiques – Descendre la route de la mort à vélo

// Quelle agence choisir pour faire la descente de la route de la mort en VTT ? Comme dit dans notre article, nous avons hésité entre 3 agences : Barracuda Biking, X’Trem Down Hill et Madness Adventure. La première, même avec promo, proposait un tarif plus élevé et un seul type de vélo. Les deux autres étaient très proches, ce qui nous a décidé c’est le nombre de personnes par groupe : pour X’Trem c’est 14 et pour Madness c’est 7.

// Quel est le prix de cette excursion ? X’Trem Down Hill était l’agence la moins cher, mais le nombre maximum de personne nous rebutait. Nous avons donc fait jouer la concurrence chez Madness Adventure, qui proposait le vélo milieu de gamme à 550 bolivianos (soit environ 66€) et nous avons réussi à les avoir à 500 bolivianos (soit 60€) par personnes.

// Que comprend le prix ? Tout d’abord le VTT : milieu de gamme avec double suspensions (avant et arrière) et freins à disque. Ensuite, les repas : différents snack et repas buffet à la fin du parcours + eau et coca ! L’équipement : casque intégral, gilet orange, pantalon, gants, coudières, genouillères et fixation pour la caméra sportive sur le casque. Enfin, les cadeaux bonus : les vidéos et photos de la journée, et un T-shirt où il est écrit « Death road survivor« .

FacebookTwitterGoogle+PinterestPartager

Laisser un commentaire